Les civilisations sont mortelles, y compris la nôtre. A nous, Français, de changer le cours des choses !

 

  • La haine meurtrière de ce triste Janvier 2015 m’a replongé dans une lecture fascinante : « la défaite de la pensée » d’Alain Finkielkraut (1987).

Une partie de la conclusion du livre pourrait se résumer en cette phrase : « et nous assisterons à un face à face pathétique entre le zombie et le fanatique ».

Zombies qui hantent les centres commerciaux les week-ends et jours fériés (tant mieux pour la TVA, les finances publiques et le trou de la Sécu ! Tant pis pour tout le reste … ) & fanatiques qui trouvent à combler leur vide dans une religion ou une « cause » qui représente soudain l’alpha et l’oméga de leur vie.

Nous, peuple de France, citoyens, nous sommes ramollis. Tels des enfants gâtés, boudeurs, ronchons, nos yeux se sont voilés. Ce pays de cocagne qui est le nôtre nous ne le portons plus en étendard. Ces valeurs qui ont façonné notre civilisation nous les avons oubliées et parfois même nous les avons reniées.

 

  • L’immense rassemblement de Dimanche 11 Janvier met du baume au cœur et donne à nouveau espoir en la France.

Les Drapeaux, la Marseillaise entonnée avec joie et fierté, le tout avec calme et dans un esprit de partage.

Il me semble que cette phrase est de Romain Gary :

« Le patriotisme, c’est l’amour des siens. Le nationalisme, c’est la haine des autres. ».

Dimanche dernier la France illustrait cette phrase à merveille, dans le bon sens du terme : aucune haine ; beaucoup de tolérance et de fierté.

 

  • Que faire ?

Nous n’allons pas, je l’espère, devoir descendre dans les rues encore et encore … ce serait mauvais signe.

De nombreuses propositions affleurent. Elles viennent toutes de l’état et des politiques ce qui est bien le moins.

Le nez dans l’économique, le « sociétal », les « séquences » et autres plans médias, ils ont oublié la France depuis longtemps.

Mais au-delà de l’opérationnel qui n’est bien entendu pas à négliger vu l’urgence de la situation, il faut aller au-delà.

Nous, citoyens, devons retrouver l’éclat de notre histoire, en être digne. Nous devons recouvrer notre dignité.

Plus jamais nous ne devrons laisser piétiner notre pays, ses valeurs, sa culture.

En effet, comment accueillir la différence si nous sommes faibles et sans assurance ?

Voici une proposition :

La France ne manque pas d’hommes d’esprits.

Que nos grands intellectuels débattent en public et avec les politiques (ce qui permettra de faire le tri : peu viendrons car peu sont au niveau de culture que nécessite ce débat).

Débat sur nos valeurs, notre identité et sur le contrat social que nous proposons aux Français et à ceux qui veulent nous rejoindre.

Débat sur les chocs culturels qui ne manqueront pas dans les années à venir (et comment y réagir).

Débat sur l’imbrication dans l’Europe dont certains pays ne partagent pas notre vision de la laïcité.

Débat sur notre société : quel vivre ensemble voulons-nous construire ?

La société dite « d’économie de marchés » et la « globalisation » sont brillamment décrites dans « l’innovation destructrice » de Luc Ferry et « la France périphérique » de Christophe Guilluy.

Si changement profond il y a, il viendra en grande partie du peuple. J’ai beau scruter le paysage politique, je ne vois pour le moment aucun de ses membres tenir un discours aussi construit que les deux intellectuels cités plus haut (sans oublier bien entendu Alain Finkielkraut et son « identité malheureuse »).

Grâce à la technologie ces débats peuvent être rendus disponibles à tous les Français. A la manière des « MOOC » – Massive Online Course – en Français : Cours en Ligne Ouvert & Massif).

Pour commencer, un MOOC sur la France, la laïcité, nos valeurs, les devoirs à respecter pour ne pas heurter ce que nous sommes me semble l’urgence !

Qui se souvient de la fin du délit de blasphème en France ?

Je lance donc cet appel en espérant qu’il fasse bouger les lignes, que les Français s’en saisissent. La renaissance viendra d’eux.

La France a du cœur, elle mérite qu’on le lui rende bien.

1/02/2015 News

Soyez le premier à déposer un commentaire.

Votre commentaire :