Les civilisations sont mortelles, y compris la nôtre. A nous, Français, de changer le cours des choses !

 

  • La haine meurtrière de ce triste Janvier 2015 m’a replongé dans une lecture fascinante : « la défaite de la pensée » d’Alain Finkielkraut (1987).

Une partie de la conclusion du livre pourrait se résumer en cette phrase : « et nous assisterons à un face à face pathétique entre le zombie et le fanatique ».

Zombies qui hantent les centres commerciaux les week-ends et jours fériés (tant mieux pour la TVA, les finances publiques et le trou de la Sécu ! Tant pis pour tout le reste … ) & fanatiques qui trouvent à combler leur vide dans une religion ou une « cause » qui représente soudain l’alpha et l’oméga de leur vie.

Nous, peuple de France, citoyens, nous sommes ramollis. Tels des enfants gâtés, boudeurs, ronchons, nos yeux se sont voilés. Ce pays de cocagne qui est le nôtre nous ne le portons plus en étendard. Ces valeurs qui ont façonné notre civilisation nous les avons oubliées et parfois même nous les avons reniées.

 

  • L’immense rassemblement de Dimanche 11 Janvier met du baume au cœur et donne à nouveau espoir en la France.

Les Drapeaux, la Marseillaise entonnée avec joie et fierté, le tout avec calme et dans un esprit de partage.

Il me semble que cette phrase est de Romain Gary :

« Le patriotisme, c’est l’amour des siens. Le nationalisme, c’est la haine des autres. ».

Dimanche dernier la France illustrait cette phrase à merveille, dans le bon sens du terme : aucune haine ; beaucoup de tolérance et de fierté.

 

  • Que faire ?

Nous n’allons pas, je l’espère, devoir descendre dans les rues encore et encore … ce serait mauvais signe.

De nombreuses propositions affleurent. Elles viennent toutes de l’état et des politiques ce qui est bien le moins.

Le nez dans l’économique, le « sociétal », les « séquences » et autres plans médias, ils ont oublié la France depuis longtemps.

Mais au-delà de l’opérationnel qui n’est bien entendu pas à négliger vu l’urgence de la situation, il faut aller au-delà.

Nous, citoyens, devons retrouver l’éclat de notre histoire, en être digne. Nous devons recouvrer notre dignité.

Plus jamais nous ne devrons laisser piétiner notre pays, ses valeurs, sa culture.

En effet, comment accueillir la différence si nous sommes faibles et sans assurance ?

Voici une proposition :

La France ne manque pas d’hommes d’esprits.

Que nos grands intellectuels débattent en public et avec les politiques (ce qui permettra de faire le tri : peu viendrons car peu sont au niveau de culture que nécessite ce débat).

Débat sur nos valeurs, notre identité et sur le contrat social que nous proposons aux Français et à ceux qui veulent nous rejoindre.

Débat sur les chocs culturels qui ne manqueront pas dans les années à venir (et comment y réagir).

Débat sur l’imbrication dans l’Europe dont certains pays ne partagent pas notre vision de la laïcité.

Débat sur notre société : quel vivre ensemble voulons-nous construire ?

La société dite « d’économie de marchés » et la « globalisation » sont brillamment décrites dans « l’innovation destructrice » de Luc Ferry et « la France périphérique » de Christophe Guilluy.

Si changement profond il y a, il viendra en grande partie du peuple. J’ai beau scruter le paysage politique, je ne vois pour le moment aucun de ses membres tenir un discours aussi construit que les deux intellectuels cités plus haut (sans oublier bien entendu Alain Finkielkraut et son « identité malheureuse »).

Grâce à la technologie ces débats peuvent être rendus disponibles à tous les Français. A la manière des « MOOC » – Massive Online Course – en Français : Cours en Ligne Ouvert & Massif).

Pour commencer, un MOOC sur la France, la laïcité, nos valeurs, les devoirs à respecter pour ne pas heurter ce que nous sommes me semble l’urgence !

Qui se souvient de la fin du délit de blasphème en France ?

Je lance donc cet appel en espérant qu’il fasse bouger les lignes, que les Français s’en saisissent. La renaissance viendra d’eux.

La France a du cœur, elle mérite qu’on le lui rende bien.

Election à la présidence de l’UMP : si j’avais ma carte, je voterais Bruno le Maire

Voici la France arrivée tant bien que mal (et plutôt très mal que bien !) à mi-mandat de la présidence François Hollande.

la “présidence François Hollande”, superbe et triste oxymore.

Mais là n’est pas le sujet. J’ai toujours aimé la politique pour anticiper, construire, agir, et surtout pour faire société au sein de notre merveilleuse histoire.

Mes amis (mes ennemis aussi d’ailleurs !) savent que mon engagement au RPR puis à l’UMP pour et auprès de Nicolas Sarkozy fut total de 1995 à 2008.

En retrait depuis 2008 et la pièce de mauvais boulevard donnée à Neuilly, me voici totalement détendu pour tenter de vous faire partager mes convictions sur un acte important de la recomposition de la droite : l’élection à la présidence de l’UMP.

La presse vous a tout dit des 3 candidats en lice (Messieurs Mariton, le Maire et Sarkozy) et le retour poussif de celui qui était censé écraser le match.

Un point me semble central et je ne le vois malheureusement surgir avec fermeté chez aucun des 3 candidats (disons vaguement chez Bruno le Maire qui sait manier la plume et a visiblement visité autre chose que l’ENA) : ce point central est la vision politique.

Depuis le début de mon engagement je n’ai connu que la montée en puissance du marketing en politique.

L’homme politique moderne est le jumeau de BFM et l’esclave d’internet. Il doit faire le buzz, innover sans cesse, imprimer le tempo.

C’est facilement et tristement compréhensible dans notre société où les  médias sont soumis au principe de “ l’innovation destructrice “ cher à Luc Ferry.

La conséquence directe est qu’on ne parle plus que sous le contrôle de “communicants” qui fournissent des “éléments de langages”. Bref, on gave le citoyen d’une bouillie insipide et nous nous retrouvons avec des clones : Najat Vallaud Belkacem ou  Fleur Pellegrin par exemple : elles pourront demain se recaser sans problème au sein d’un grand groupe quelconque et anonyme. Elles digèreront avec facilité les us et coutumes du grand  jeu de rôle standardisé qui font que le “directeur du personnel” est devenu le “Directeur des Ressources Humaines”, qu’un aveugle est dorénavant un “non-voyant” et qu’un pauvre est un “SDF”.

Seuls les extrèmes sortent un peu de ce carcan sémantique tout en restant coincés dans leur vision étriquée et “bas du front” (de gauche comme de droite).

J’aimerais souffler un rêve de citoyen à nos 3 candidats :

Parlez- nous de la France périphérique et de comment vous comptez en prendre soin : Christophe Guilluy a très bien montré le bouillonnement des idées et des actions dans ces territoires dont les attentes sont contradictoires à celles des métropoles bien insérées dans la globalisation; parlez- nous en termes simples et forts du vide de sens qui pousse nos sociétés à consommer toujours plus, à foncer vers un grand nulle part peuplé de zombies et de fanatiques : comment de nouveau faire société ?

Parlez- nous de l’équilibre démocratique qu’il nous faut d’urgence re-trouver sans violence.

Une fois cette trame définie, une fois établie cette introduction à un nouveau roman national qui projetterait la France dans le 21ème siècle, alors je fais le pari que les citoyens seront plus enclins à écouter vos solutions techniques : du beau projet “Europa” de VGE en passant par les réformes difficiles d’un François Fillon qui semble tracer la route dans le domaine des propositions concrètes.

En attendant, si j’avais encore une carte UMP, je ferais le pari de voter Bruno le Maire.

Il semble avoir pris conscience que la classe politique Française tourne souvent à vide dans la grande roue médiatique.

Tel le rongeur dans sa roue, elle court sans but, sans direction, de “séquence” en “story-telling”. Elle brasse du vide, cherche des boucs émissaires et a peur de son ombre.

Think out of the box !

 

Sursaut ou Chaos ?!

Comme un trop plein de grandiloquence. C’est la sensation que j’éprouve à l’écoute des commentaires sur les élections Européennes.

Honte, bassesse, Haut le coeur, Fascisme, Trahison, … le prêt à bêler médiatique adore se vautrer dans la facilité, la répétition et la bêtise.

J’aimerais que nos grandes consciences s’interrogent avec autant de forces et de cris sur les exportations bien françaises de fanatiques religieux, intégristes 100 % certifiés décérébrés, tueurs aux mains froides et au sang chaud, qui sèment la mort en Belgique, en France et ailleurs. Urgente réflexion à entreprendre qui devrait déboucher sur l’action et la mobilisation dans les quartiers touchés par cette gangrène.

Bien entendu, il est fort désagréable de se retrouver avec un FN a 25 % , sans oublier une extrème gauche rouge sang (6,33 % – Front de Gauche / 1,60 % – listes extrème gauche) et des verts tirant souvent vers … une forme d’intolérance très ayatollesque  (8,95 %).

Je ne reviendrai pas sur les raisons de la victoire du FN. Ce qui me passionne et me motive, c’est le chemin que doit emprunter la France pour se redresser, avancer, rayonner à nouveau.

L’offre politique est en mouvement accéléré depuis les dernières élections. Le laps de temps entre aujourd’hui et 2017 me fait penser à une chevauchée … fantastique ou crépusculaire ?

En voiture pour un tour d’horizon à la façon d’un tour de manège : quel cirque !

* La gauche extrème :

Encéphalogramme plat, logiciel vitrifié depuis l’âge glaciaire, les marionnettes actuelles sont engluées dans une boue « alter » , « décroissante » , … splendide compétition de décadence.

Comme toujours le citoyen doit renier sa liberté pour rentrer coûte que coûte dans la boite à système. Peu importe les blessures infligées par

chausse-pied !

L’esprit de système, véritable mal français qui n’a pas fini de sévir. Soulage a inventé l’outre noir dans sa quête de lumière; l’extrème gauche aura réussi l’exploit de bâtir un programme d’outre-tombe :

Elle cherche l’extinction de la Nation. En route vers les ténèbres, piétinons notre histoire, excusons nous d’être libre, divisons et opposons les Français, tondons les oeufs et chantons sous les larmes.

Résultat : le peuple se lève et quitte la salle, Mélenchon est KO debout, guignol reste seul en scène, blafard.

C’est triste car il y a une puissante réflexion à développer autour de la société de consommation à outrance, le divertissement organisé en but ultime de l’existence et le “toujours plus – toujours plus vite” en mantra pour citoyen lambda. L’extrème gauche, si elle se libère de ses chimères, peut y participer.

* Les verts :

C’est dur d’écrire sur rien. J’ai réfléchi à une “oeuvre d’art” qui pourrait représenter les verts (hors Daniel Cohn Bendit qui a décidé de partir à 69 ans. C’est tout à son honneur mais c’est bien dommage). Il m’est apparu une brochette de minuscules nombrils se mirant dans d’immenses miroirs grossisants … éclairés de lumière verte … bien entendu.

* Le Parti Socialiste : j’ai failli les oublier !

Les physiciens arrivent à expliquer l’anti-matière et le vide quantique. James Ellroy écrit “ le grand nul part” , François Hollande et sa clique se contenteront du grand gâchis.

42 ans après la mort de Charles de Gaulle, le peuple Français choisit M. petites blagues. Je comprends l’agacement des Français face à Sarkozy, mais quand on danse au bord d’un volcan, est-ce pertinent de choisir pour guide celui qui ne sait pas vouloir ?

Toujours pas de Bad Godesberg à l’horizon pour le socialisme Français. Dormez bien.

Le pire est probablement le niveau des “éléphants” et de la jeune garde : où sont les nouveaux Rocardiens ? les jeunes “Deloristes” ? Valls fait encore illusion … mais il est seul.

* Les centres : UDI / Modem

Quel souk … A les écouter on les confond ! Ils sont interchangeables. A la façon des plats cuisinés que vous pouvez trouver en grande surface, le sel en moins. Un petit coup de micro-onde et c’est prêt. Le centrisme Français ou le prêt à voter de la République.

Ils sont Européens, lisses, bien coiffés.

VGE était un grand Président (en particulier pour les droits des Femmes) mais ses héritiers ne sont décidément pas au niveau. Ils ont toutefois un point commun : une ambition dévorante. Ce ne sont pas les seuls ! Quand les caniches se prennent pour des lions … l’antilope se fend la poire.

* l’UMP : le morceau de bravoure !

Un grand “big up” pour Bygmalion, les rois du hold-up … les militants vont apprécier de retrouver un parti sans le sou après tous les efforts qu’ils ont concédés. Adhérent du parti entre 1995 et 2009 … je ne suis pas prêt de mettre la main au portefeuille !

Sans le sou, sans ligne politique (Reste-t-il encore quelques lignes … de crédits ?), mais, avec un potentiel.

Les “quadras”, bien entendu, qui piaffent aux portes du pouvoir mais aussi le “ trio “ : Fillon – Sarkozy – Juppé.

Fillon est intellectuellement le plus intéressant (et souvent le plus “radical”) mais il donne l’impression d’avoir la main molle ; Juppé parle chaque matin à son miroir pour le remercier de lui dire “ vous êtes le meilleur Monsieur le Premier Ministre” ; Sarkozy n’éprouve pas le besoin de faire une psychanalyse … Carla, faites quelque chose !

Et pendant ce temps, l’UMP dans le brouillard, sans ligne politique, sans âme, sans honneur, perd ses militants et sympathisants.

* le FN :

J’écris cette chronique le 8 Juin 2014, pile quand le “menhir” explose de nouveau en vol en parlant de “fournée”.

Merci petit papa Le Pen. Merci de ne pas supporter que votre fille vous dépasse. Cela nous aidera à faire le lien entre votre méchanceté et le programme débile du Front National / Rassemblement Bleu Marine. Comme je ne cesse de répéter : les extrèmes (droite / gauche) se rejoignent dans la méchanceté et la haine de l’autre.

Fifille va-t-elle tuer le père ? Très probablement car elle sait que cette crise peut la renforcer durablement.

 

* Mais où est la sortie !?

– Présidentielle 2017 : Hollande est ectoplasmique à un tel point que j’ai l’impression d’être à moins d’un an de l’échéance présidentielle !

De plus en plus nombreux, les commentateurs pensent que la situation est si grave que le quinquennat ne pourra se terminer en l’état.

A part Védrine avec son livre courageux et lucide “ La France au défi”, la gauche sonne creux. Ou plutôt elle ne sonne plus du tout … elle bégaie les errements du passé.

A droite c’est cuisine et décadence à l’UMP pas même foutue d’appuyer les 50 Milliards d’économie (bien entendu ce n’est pas assez, mais pour une fois que ce gouvernement va dans le bon sens !).

Côté centre(s) ce serait plutôt cuisine et transparence …

Sarkozy n’en peut plus et tourne en rond … ça sent la bagarre de rue à droite.

Pourquoi ne propose-t-il pas une primaire ouverte incluant les centres ? Il se grandirait. Fillon et Juppé ont raison d’insister sur les primaires (même si ce n’est pas dénué d’arrière pensée !).

La droite a une 2ème chance après celle de 2007 à cause de l’extravagante nullité de Hollande et de toute la gauche. Elle devrait fortement méditer ces élections Européennes : les peuples ont voté pour les réformateurs et renvoyé les pleutres immobiles.

 

– De nouveaux partis apparaissent ( “ nous citoyens “ par exemple, émanant de la société civile ou encore “nouveaux horizons” de Frédéric Lefebvre) : seront-ils les vitamines, le frais terreau dont notre pays a bien besoin ?

Pour le moment ils sont embryonnaires et pas très “politique” (au sens ou leur démarche est très intellectualisée et se concentre sur l’économie tout en évitant soigneusement de rentrer dans les sujets qui fachent : sujets “ sociétaux” ou encore liés à l’immigration).

 

– Le Quinquennat ou le Septennat non renouvelable consécutivement : j’ai la conviction que cette idée est une des rares qui peut calmer, au moins un peu, la folie médiatique qui entoure tout sujet qui génère de l’audience (donc vendable).

Le Président de la République saurait qu’il a 5 ou 7 ans pour rentrer dans l’histoire ou filer vers les oubliettes. Droite et Gauche feraient bien de s’en saisir et de s’accorder sur ce point.

 

A nous, citoyens, de nous engager, de secouer le monde politique !

A nous d’éviter les bateleurs et de favoriser ceux qui tiennent leurs engagements.

 

Neuilly 2014 : municipales tests dans l’ancien fief Sarkozyste

A une semaine du 1er tour des élections municipales, Neuilly sur Seine tend l’oreille.

Tractages, réunions d’appartements, boitages, la politique envahit peu à peu l’espace public comme les conversations privées.

Excellente chose ! Avoir la chance de voter n’est pas donnée à tout le monde sur notre belle planète bleue.

Les forces en présence sont considérables. Veuillez pardonner, chers lecteurs, mon “tropisme de droite”. Neuilly n’ayant jamais fait sa petite crise gauchiste (moi non plus d’ailleurs !), je vais me concentrer sur les principaux candidats à la droite de l’échiquier politique.

D’ailleurs, il n’y a plus ni rouge sang, ni rose épine, ni vert glauque, ni droite dure dans les rangs du conseil municipal depuis 2008 (pour une fois que la droite se fracture et dans le même mouvement dissout le barnum gauchiste et le FN hystérique … c’est un bonheur assez rare pour être souligné !).

* L’équipe sortante :

Chacun sait que j’aime bien taquiner M. Fromantin ! Cela date de son entrée en politique en mode “coucou”. L’oiseau qui vient faire son nid dans celui des autres … (même si “les autres” lui ont bien facilité le travail par leur sens politique digne d’une huitre).

je considère le Maire sortant comme l’archétype du classicisme politique depuis les années 1970. Après avoir assuré les Neuilléens qu’il ferait de la politique autrement, il s’est empressé de revenir aux fondamentaux de la politique d’autrefois : cumul des mandats & candidatures multiples, positionnement “en dehors des partis” mais … Vice-Président de l’UDI et soutenu par l’UMP. Bref, M. Fromantin fait l’essuie-glace quand et où cela l’arrange. Il est le reflet de notre société “me, myself and I”.

Glissons sur les logements sociaux de l’avenue Charles de Gaulle qui sont indignes de Neuilly et des Neuilléens. Contrairement à ce qu’on peut lire ici où là, cette ville a du coeur et des convictions. Rien n’a été fait ni sous Fromantin ni sous Louis Charles Barry (le prédécesseur … qui soutint Fromantin en 2008 et qui fut maire après Sarkozy pendant plusieurs années) ni sous Sarkozy. Incompétence rime parfois avec continuité.

Monsieur Fromantin démontre une fois de plus que, sur les sujets difficiles,il a un grand sens de la communication … mais la décision absente ou confuse.

Examinons le sujet (difficile, justement) de la couverture de l’avenue Charles de Gaulle : c’est le quasi-néant. Des mots et une diversion (une spécialité vous dis-je) en mode “projet” : l’exposition universelle 2125 … pardon … 2025. Belle ambition qui, au vu de nos finances publiques, restera probablement cantonnée au stade du colloque. Cela occupe et brasse de l’air. Cela flatte l’égo et hausse le col.

Insistons sur le sujet de la sécurité; le réseau Neuilléen de caméras ressemble au réseau des pistes cyclables : étriqué et mal conçu. Une trentaine de caméras en 6 ans ! Pour une ville de plus de 60 000 habitants avec des milliers de salariés en transit chaque jours et 6 000 enfants scolarisés … quelle audace, quelle volonté, quelle vision …

Neuilly est une cible prioritaire pour la délinquance qui s’accroit en intensité et violence depuis l’élection de François Hollande presque partout en France. Elle doit être encore mieux protégée. Tout comme le reste de nos concitoyens et ce sur l’intégralité du territoire de la République.

Face au Maire sortant l’UMP est de nouveau à genoux : les représentants officiels du parti soutiennent Fromantin, signe d’impuissance due à un manque de travail au plan local et reflet d’une faiblesse nationale. La section a une nouvelle fois fort logiquement explosée : le responsable UMP Neuilly a rejoint la liste menée par Bernard Lepidi ; les quelques centaines d’adhérents ayant eu l’abnégation de garder leur carte sont à nouveau en colère; triste reprise de 2008.

Trois listes de droite et une liste socialiste se présentent devant les électeurs.

J’ai la chance de suivre la politique à Neuilly depuis 1995 et je ris aux éclats de voir le jeu des chaises musicales entre écuries municipales !

Tel ex-colistier ou ex-colistière de l’époque Sarkozy prêt à tout pour exister sur la liste de Fromantin afin de ne pas perdre son statut d’élu …

Il est vrai que Sarkozy a réduit en bouillie sa propre circonscription lors de la dernière élection … bel exploit ! Oubliez le mérite et l’équité ouvre la porte aux ambitions irrationnelles. Belle leçon à méditer pour 2017 …

Ayant des amis chez Frank Keller comme chez Bernard Lepidi, je leur souhaite bonne chance et leur adresse un message d’union. J’ai la conviction que les Neuilléens ne veulent plus du tintamarre de 2008. Seule l’union dans une opposition constructive permettra l’alternance.

Ce qui me semble intéressant dans le match de 2014 est le fait que Fromantin, qui a comme point commun avec l’ex Président un égo surdimensionné, le talent en moins, se retrouve face à deux listes qui se réclament du Sarkozysme. Fromantin méprise ouvertement l’ancien Président et ses méthodes ainsi que l’UMP : le résultat aura donc valeur de test et sera intéressant à analyser dans un contexte politique passionnant de tension extrême entre un Hollande ectoplasmique et un Sarkozy plus explosif que jamais (“je n’ai pas changé … je suis toujours ce garçon un peu fou” comme chantait Julio !).

Alors … 2ème tour à Neuilly ? Mesdames et Messieurs les électeurs, la décision est vôtre !

 

Croissants, cirque & goujaterie !

Oh France, mon beau pays !

Carnet en main, l’œil aux aguets,

Plume acérée, crocs aiguisés… en terrasse posé.

Déconcentré par une volée de Parisienne dignes d’un Kiraz au meilleur de sa forme ; virevoltantes, babillantes, ennivrantes, fascinantes, grandes, fines, si sublimes … telles des modèles échappées de magazines … j’impose soudain à ce qui me reste de raison une cure d’austérité en me concentrant … sur notre Président.

Oui, passer de Kiraz au coquet de la rue du Cirque est un exercice douloureux, à la limite du masochisme aigu  j’en conviens ! Mais enfin, c’est pour la France, puisqu’on vous le dit.

Tout d’abord, je n’arrive toujours pas à me faire à l’idée que notre bon François que “tout le monde” ( = le microcosme parisien qui sait tout, voit tout, mais surtout … répète en boucle n’importe quoi pour une seconde d’attention dans un dîner) décrit comme intelligent, malin voir doué et calculateur … bref, comment ce cerveau affuté a pu se retrouver à faire des va-et-vient en scooter, de l’Elysée à la rue du Cirque (!) pour retrouver une (ravissante) représentante de la caste culturelle Française… le tout dans un appartement prêté par une amie (l’intermittence, ça peut rapporter, il est important de préciser ce point capital à la jeunesse Française  !).

Bien ! Jusqu’ici, petit Vaudeville minable catégorie Z, monté en épingle par les égoutiers de la salle petite nouvelle bien crasse, celle qui fait vendre à coup sûr; la minuscule historiette de jupons bien mitteuse, qui fait frémir la ménagère  et rêver le frustré lambda devant son ratafia.

Le plus triste n’est-il pas qu’il existe un public (assez nombreux) pour lire des magazines écrits à l’encre des poubelles par des cartes de presses qui ne méritent pas leur statut ?

Oser se présenter “journaliste” alors que vous n’êtes qu’un simple bousier me surprendra toujours. Dans la nature, le bousier a au moins une utilité. L’”échotier-bousier”, lui, ne fait que  rouler la société vers le bas… à chacun ses choix.

Mais revenons à notre bon Président, si rond, si gentil, si … normal.

Son “communiqué de rupture” claque comme un coup de fouet de chasse :

« Je fais savoir que j’ai mis fin à la vie commune que je partageais avec Valérie Trierweiler » (source AFP).

Trois « je » en 18 mots … Quelle force ! Un vrai tigre … Valérie T. aurait refusé le communiqué commun (afin de pousser François H. à la faute ? Qui sait !?).

M. Hollande, vous avez raison. Vous êtes normal, bien trop normal et totalement en phase avec notre modernité.

“Me, Myself & I” : j’aime cette expression de nos amis Américains qui reflète parfaitement l’égoïsme poussé à son paroxysme. Le culte du « je », la secte des Narcisses et l’école du nombril.

Que quelqu’un glisse à l’oreille de ce monsieur qu’il y a un hic. Le hic, depuis bientôt 2 ans, est que vous êtes censé nous représenter M. Hollande.

Votre prédécesseur prenait Bigard sous le bras pour rencontrer le Pape ; de votre côté vous jouez un mauvais Feydeau. Feydeau nous fait rire, votre comportement de parfait goujat nous tape sur le système.

Sarkozy était ridicule avec talent, vous vous contentez d’être goujat et avec arrogance !

Le minimum minimorum de l’élégance, en si périlleuse situation, eut été d’utiliser le nous, voire de laisser accroire que votre compagne, blessée, avait pris la décision du départ.

Que neni, Monsieur Moi, Je et Moi-Même avons décidé, face à notre miroir, de nous libérer du boulet de l’engagement.

Afin de ne pas terminer sur un sarcasme, ce billet d’humeur contient une proposition politique :

Pour éviter aux chefs d’Etats, de droite, comme de gauche (ne parlons pas du centre, il se restructure …) de trop penser à leur 2ème mandat, entre deux bagatelles pour celui ci, et bien d’autres choses pour tous les autres, pourquoi ne pas revenir au septennat non renouvelable consécutivement ?

Sept ans c’est amplement suffisant pour réveiller la belle endormie. Elle n’a point besoin de croissants, simplement de courage, d’engagement, de fierté et d’amour.

Un citoyen très agacé qui aime, et qui est fier de son pays, la France.

 

 

2014 … Bonne année, dormez bien, tout est presque normal !

Depuis le second tour de l’élection présidentielle de 2012, je n’ai plus rien publié hormis quelques tweetos taquins et quelques piquantes “facebookeries”.

Quel supplice de se retenir si longtemps ! Mais crédibilité rime souvent avec patience.

Le peuple a décidé ; La majorité socialiste, à racines vertes, matinée de rouge,  est sortie des urnes. Il fallait la laisser agir pendant presque 2 ans afin d’avoir du recul. Il était également important d’observer la droite, le centre et les extrêmes afin de se faire une idée du paysage politique Français.

Nous y sommes et me voici pris de vertige après les voeux de notre bon Président. Notre pays a pourtant un potentiel fantastique et nous dormons sur cette mine de diamants, vaguement conduit par un Monsieur tout le monde qui semble mollement décidé (en paroles pour le moment mais c’est déjà un progrès !) à lancer de véritables réformes.

L’offre politique Française me fait irrésistiblement penser à un village Potemkine. (Vous vous souvenez, ces villages en trompe l-’oeil fabriqués de toute pièce pour masquer la pauvreté des villages Russes en 1787 ?)

Vous reprendrez bien une petite louche de mensonge !?

Côté gouvernement c’est la Bérézina : Hollande ne sait plus où il habite. Pas la peine de revenir sur la liste de ses renoncements, diversions, maquillages et autres déguisements. Le dernier en date étant lié à la panique déclenchée par les derniers chiffres du chômage…

Quant aux verts, ils s’aggripent aux maroquins tels des tics sur un éléphant rose. Duflot et Placé sont la honte de l’écologie dite politique. Ils font de la basse politique pour favoriser leurs hautes ambitions.

A la gauche de la gauche c’est “ hystérie à tous les étages “. Mélenchon bouffe du Hollande à tous les repas ; Besancenot déprime et crache mécaniquement son venin, il ressemble à un jeune retraité aigri ; La LCR est inaudible.

2014 en France, un ancien apparatchik Socialiste et un facteur caractériel rêvent la révolution … Robespierre, Marat, Danton et les autres doivent sacrément se pincer ! Quelle honte que ces nains dans l’ombre de géants.

Au centre, Borloo et Bayrou s’embrassent sur la bouche tout en regardant en sens contraire. C’est farce !

Voici une alliance sans avoir bâti un projet et sans vision politique ; S’allier pour exister encore un peu … pitié Monsieur le bourreau, encore un instant.

Le mariage du brillant noceur dilettante et du percheron Béarnais enfantera le vide parfait. La raison impose un rapprochement, encore faut-il le penser en amont … avec pour objectif le bien être du pays au lieu de ses intérêts croupions.

La droite tente, avec maladresse, de se remettre au travail tout en sortant les fusils à tirer dans les coins. Copé veut se refaire une virginité après l’affaire de l’élection à l’UMP qui a révélé son vrai visage ; Fillon a perdu ses nerfs et rame lui aussi pour retrouver sa stature (mais quelle mouche l’a piquée ?) ; Les quadras piaffent ; Sarkozy se prend pour un personnage de Wim Wenders : il plane sur la politique et attend l’occasion de bondir hors de sa réalité parallèle.

Sarkozy reste une énigme : il est grand dans les crises aiguës, mais minuscule dans le quotidien. Des émeutes de 2005 à la crise financière, il a su naviguer dans les tempêtes. A l’inverse, son comportement et ses commentaires, tout aussi irascibles que “Bigardiens”, ont contribué à détruire son image.

La gestion de son fief des Hauts de Seine, et particulièrement de Neuilly, ressemble à une forme de suicide politique : Martinon à Neuilly ; Jean-Junior un peu partout, puis nulle part, et flottant comme un spectre ; Les fidèles envoyés aux galères …

Napoléon disait “ la balle qui me tuera portera mon nom” : cette phrase s’applique à Sarkozy.

Qui veut mener un pays si riche d’histoire et de culture, mais en plein déclassement, vers le chemin de la renaissance se doit d’être exemplaire.

En démocratie nous avons les politiques que nous méritons.

Ma conviction est que la France peut se sortir de ce bourbier grâce à la volonté des citoyens.

Qui osera dire que la victoire comme l’échec sont avant tout en nous ?

Assez de bouc-émmissaires : l’Europe pour certains, le libéralisme pour d’autres et que sais-je encore ! L’étranger, la météo, le “pas de chance”, la disposition des planètes … c’est tellement simple de glisser la poussière sous le tapis. Grands mensonges et petits arrangements peuvent facilement conduire une civilisation vers la sortie.

Exigeons la vérité ! Réveillons notre volonté, ressourçons nous dans notre histoire pour mieux accueillir et affronter le nouveau monde qui se révèle, les nouveaux talents qui ont soif de pouvoir et de réussite.

Commencons par notre histoire récente : 1988, le peuple choisit Mitterand alors qu’il avait un Raymond Barre sous la main (la realité repoussée une première fois après 7 ans de tonton au pouvoir) ; 1995, nous, Français, favorisons Chirac aux dépends de Balladur (la réalité occultée une deuxième fois …). Maintenant vient l’heure de l’addition : nous payons nos aveuglements successifs.

A nous, citoyens, d’exiger de nos politiques qu’ils se redressent et prennent des risques dignes du peuple frondeur qu’ils ont la prétention de vouloir conduire !

Et qui sait ?

Hollande, dans un subit accès de courage, décide de se muer en Schröder Français pour écrire l’histoire au lieu de nourrir la rubrique des faits inutiles, tente une alliance avec le centre pour porter un projet politique social-démocrate qui parle de la France et lui donne un horizon, se débarasse du même coup des scories communistes et de l’ultra gauche menthe à l’eau et rouge sang ! Bon débarras que ceux-là !

La droite et le centre, ensemble, et au travail, un Sarkozy, enfin apaisé, de retour (un miracle !), la paix avec Fillon décrétée, Copé accepte de jouer le jeu et cesse de verrouiller, tous travaille au nouveau contrat social qui doit nous permettre de faire société et de ne pas sombrer dans le communautarisme ; tous proposent les mesures économiques connues et qui marchent partout ailleurs, difficiles mais salvatrices, qui nous tirent vers le haut.

Bien entendu, la fidelité à ma famille politique me fait préférer le second scénario, mais la mue de Hollande me convient également. Cela  nous permettrait de foncer, confiant, vers l’avenir.

Les extrêmes alors envoyés à la niche, car nous voici avec des hommes d’Etat en lieu et place de professionnels de la politique.

A nous, peuple de France, d’investir les partis et le monde associatif pour que la France retrouve enfin son éclat ! Qu’elle soit digne et fière de son histoire.

Que 2014 soit l’année du renouveau. Bonne année à toutes et tous, ainsi qu’à vos proches.

 

Notre choix : un 2003 Allemand ou un 1981 Français ?

Nous y sommes presque. Encore quelques heures à débattre et à réfléchir.

De la France des usines à la France des terroirs, de l’ultime représentation du bobo-parigot au banlieusard  de la grande périphérie, le peuple de France, en majesté, va prendre la décision qui fait battre le poul de notre démocratie : choisir qui conduira la France dans une période qui s’annonce passablement compliquée.

Une question me semble capitale et j’espère que vous la jugerez telle : qui sera le meilleur pour nous guider dans le nouveau monde que nous voyons apparaître sous nos yeux ?

Gardons en mémoire que la crise qui s’aggrave est centrée sur l’Europe et que de nombreux pays sont en forte croissance (à commencer par les BRICS).

Gardons à l’esprit que nos amis Allemands ont fait des efforts immenses et ce après avoir absorbé l’Allemagne de l’Est ! Ce qui n’est pas rien. Gerard Shchröder , ‘ socialiste ‘ Allemand, avec un courage politique digne des plus grands fit voter en 2003 l’agenda 2010 avec les résultats que nous voyons aujourd’hui. Une leçon de courage collectif car tout n’est pas rose chez nos amis Allemands. Schröder soutient Sarkozy … comme c’est étrange !

Gardons sous nos yeux l’état de la Grèce et de l’Espagne comme une punition qui pend au nez des peuples qui s’obstinent à refuser la réalité puis se ferment comme une huitre pour finir par souffrir des solutions d’extrême urgence administrées aux grands brûlés.

Oui, je sais, ‘ Merluche l’enchantmuche ‘ vous a chantonné sa comptine de rebelle de salon, d’aventurier du bout de la rue et de révolutionnaire en peau de lapin. Faisons payer les gros ! Ne payons pas nos dettes !

Je ne résiste pas à une question plaisir : quel est le journaliste qui a rappelé à notre ex-plus jeune sénateur socialiste que ces cocktails ont déjà été administrés à la France de 1981 en 1983 … avec des résultats mirobolants ! Le pays à genoux en 2 ans … à une époque où la France était beaucoup moins ouverte et interconnectée qu’aujourd’hui ! Digne du livre des records des erreurs …

Mais oui, je n’ai pas oublié, Marine la nationale de l’étape, vous a rebattu les oreilles de ses potions anti-Euro, anti-immigrés,  … à force d’être « anti » elle va finir par s’auto-dissoudre, perdue dans les sables du non.

Quant au discours sur l’arrêt de l’immigration ,il était une spécialité de notre bon Georges Marchais … avant que l’extrême gauche ne se spécialise dans l’extrême inverse ( régularisation massive des irréguliers, etc …).

Ah les extrêmes, ils se rejoignent avec bonheur dans la bêtise et l’intolérance.  Jolie constance, triste constat.

Loin de moi l’idée de mépriser les électeurs qui ont choisi Marine Lepen & Jean-Luc Mélenchon. La vie est difficile pour bon nombre de nos concitoyens et elle donne parfois de bonnes raisons de se tromper.

J’espère en persuader quelques-uns  de se déplacer dimanche …

Tout comme j’espère convaincre, en dépit des erreurs de comportement et des (rares) erreurs politiques qu’il a commises, un maximum d’électeurs de voter Sarkozy dimanche prochain.

Preuve de la sincérité de mon choix, il suffit de se remémorer ce qui s’est passé à Neuilly depuis 2008 où j’ai vécu 13 ans d’un engagement militant aussi passionnant qu’exigeant.

Parachutage de David Martinon et candidat légitime balayé sans autre forme de procès (Arnaud Teullé dont le site internet vient d’être désactivé … ) ; affaire EPAD et j’en passe et des meilleures.

Mon choix n’est donc pas motivé par un quelconque intérêt ou par une revanche à prendre.

C’est le choix de la France et des Français. C’est le choix de protéger ceux qui souffriront le plus si la France vient à dévisser : les pauvres et une partie de la classe moyenne en voix de paupérisation . Toujours les mêmes !

Ayant la chance de travailler dans un environnement passionnant, ultra-compétitif &  qui n’est pas très en odeur de sainteté à l’heure actuelle, je crois savoir ce qui va se passer en cas de victoire de Francois Hollande : Il tombera immédiatement sous les yeux perçants d’Helios.

Chaque matin Helios s’élançait dans le ciel sur son char tiré par 4 destriers. Helios était guidé par un seul but : surveiller les hommes mais aussi les dieux car Helios voyait tout et à ce titre, il était le garant des serments.

Nous pourrions transposer Helios en ‘ créanciers ‘ (qui sont aussi vous et moi de par les contrats d’assurance-vie en euros … )

Hollande sera dans l’incapacité de tenir ses engagements qui sont contraires à ce que tous les pays qui progressent ont mis en œuvre.

S’il s’entête, la France tombera bien avant les 2 ans …

2012 sera-t-il un 1981 français  ou un 2003 allemand ?

Le choix est entre nos mains.

Bon vote !

Poésie Canadienne

Hélène Dorion est Canadienne & surtout poète.

J’ai découvert son talent à la station de métro « porte maillot ».

Voici un de ses poèmes qui vous donnera très certainement envie de découvrir son oeuvre.

 »

Aurons nous le temps d’aller très loin

de traverser les carrefours, les mers, les nuages

d’habiter ce monde qui va parmi nos pas

d’un infini secret à l’autre, pourrons-nous écouter

le remuement des corps à travers le sable ;

aurons nous le temps

de tout nous dire et d’arrêter d’être effrayés

par nos tendresses, nos chutes communes ;

Pourrons nous tout écrire

d’un passage du vent sur nos visages

ces murmures de l’univers, ces éclats d’immensité ;

aurons nous le temps de trouver

un mètre carré de terre et d’y vivre

ce qui nous échappe

Je ne sais pas encore

 »

Hélène Dorion

Un visage appuyé contre le monde / 1987

Tags: ,

10/04/2010 News 1 Commentaire

2011, Hauts de Seine & cantonales : la reconquête à droite passera par les valeurs démocratiques.

Le coup de tonnerre des régionales a déclenché des tombereaux de commentaires, articles, remarques et autres analyses en tout genre.

Oui, la droite s’est prise une « tannée » de première envergure. Le nier serait allier l’ineptie à l’hypocrisie. Oui, l’avertissement est sévère. Les Français sont ainsi : impatients et gouailleurs !

Que la gauche ne se goberge toutefois pas trop vite car la vitesse à laquelle le peuple français peut faire un 180° est telle qu’elle peut récompenser un travail de profonde remise en question.

Avant la grande échéance de 2012, il nous reste une étape : les élections cantonales de 2011.

Vous permettrez à un altoséquanais de braquer les projecteurs sur son département :

Pour la première fois depuis sa création, le département a globalement voté à gauche (51,06 % contre 48,94 %) lors des élections 2010.

Les Hauts de Seine comptent 45 cantons et devront en renouveler 22.

L’élection cantonale est en prise directe avec les électeurs. Le conseiller général est marqué géographiquement, il représente une partie du territoire départemental. Au contraire d’un scrutin de liste, il bénéficie donc d’une grande visibilité et d’une forte légitimité.

J’ai la conviction que cette élection à haute valeur symbolique peut nous aider à vivifier notre mouvement et à gagner des adhérents. Il en est de même pour nos alliés.

Ce n’est un secret pour personne : l’UMP des Hauts de Seine a perdu un grand nombre d’adhérents depuis la belle victoire de 2007.

Comme aimait le rappeler Nicolas Sarkozy, l’UMP a toujours été forte quand elle a su s’ouvrir aux talents. A la façon d’une entreprise qui organise la compétition dans une « pépinière », Nicolas Sarkozy a souvent imposé le vote des adhérents pour départager, à la loyale, les meilleurs et les plus ambitieux.

Cette excellente méthode fut utilisée lors des dernières sénatoriales dans les Hauts de Seine et, bien entendu, pour choisir le candidat UMP à la présidentielle. Avec dans les 2 cas le succès que l’on sait.

Quand la nomination fut préférée à la saine compétition, le résultat fut souvent dévastateur … je pense en particulier à une ville qui m’est chère, réputée pour son calme et son élégance.

A nous, adhérents & sympathisants UMP et Majorité Présidentielle, de proposer fermement à nos responsables le chemin de la sélection par le mérite et non par le conclave.

Les Hauts de Seine sont d’autant plus en phase avec cette méthode que le nombre d’adhérents reste, en dépit d’une forte baisse, conséquent.

La légitimité des candidats ainsi élus n’en sera que plus forte. Ils pourront plus facilement rassembler et se faire respecter.

Je ne vois pas d’autres méthodes pour remobiliser notre électorat : des candidats élus par des familles politiques rassemblées. Des adhérents qui se sentent utiles et respectés de par la grande responsabilité qui leur est confiée : choisir les champions qui porteront les couleurs de la Majorité Présidentielle.

Nous sortirons ainsi par le haut du jeu de ping-pong politique départemental où un Balkany attaque un Devedjian et où le maire de Neuilly qualifie de « défiance » et de « pas normal » le niveau d’abstention atteint aux élections régionales (Figaro du 26/03/2010 : « Hauts de Seine : Balkany impute l’échec à Devedjian »).

Revenons aux fondamentaux : des talents, une compétition, un vote.

N’est-ce pas le meilleur moyen de lancer la reconquête ? N’est-ce pas une bonne idée pour mobiliser notre base militante et la faire augmenter ?

J’espère de tout cœur que vous partagerez cette analyse et que vous m’aiderez à la porter.

Sincèrement & fidèlement.

Philippe Souilhé

Tags: , , , , , ,

29/03/2010 News 4 Commentaires

Allo papa tango Neuilly …

En politique, c’est bien connu, il ne faut jamais se départir de son humour et encore moins de ses convictions. Convictions & humour sont comme la boussole et le compas dans une nature parfois hostile ! De surcroit, cela vous évite de finir aigri 🙂

Dans un sourire, un brin narquois je le confesse, je pose donc une question qui me parait d’actualité : aurions-nous perdu Neuilly ?

J’ai beau chercher, fouiller, scruter, « lasériser », … lire et relire les noms qui composent la liste de la majorité présidentielle (Hauts de Seine) qui va concourir pour les élections régionales de mars, j’ai comme l’impression d’un creux … d’un manque.

Je me suis arrêté aux 20 premiers (ce qu’il est convenu d’appeler les « places éligibles » en cas de victoire.) Par ordre d’apparition … des villes :

Issy les Moulineaux : 2

Colombes : 1

Villeneuves la Garenne : 1

Asnières : 1

Suresnes : 1

Clamart : 1

Levallois : 1

Vanves : 1

Bourg la Reine : 1

Rueil Malmaison : 1

Boulogne : 2

Plessis-Robinson : 1

Nanterre : 2

Puteaux : 2

Chaville : 1

Courbevoie : 1

Mais oui … vous avez bien lu … point de Neuilly dans cette liste !

La ville qui représente, et de loin, en dépit d’une petite baisse de forme depuis 2008, le plus grand nombre d’adhérents UMP n’a donc pas de représentant suffisamment digne de porter ses couleurs … sur la liste majorité présidentielle qui compte 20 UMP revendiqués sur 29. Neuilly garde un strapontin … en fermant la liste.

On se frotte les yeux, on s’interroge et puis, à Neuilly on a de la mémoire, alors on se souvient qu’en 2004 il y avait une candidate Neuilléenne en 6ème position (et 2 autres candidats, dont votre humble serviteur, tous deux au delà de la 20ème place).

Il y a bien longtemps que j’ai appris à ne pas prendre mes concitoyens à la légère. Contrairement à toutes les banalités qu’on peut lire sur notre belle ville de Neuilly, il est très difficile de s’y maintenir politiquement car l’exigence de résultats est naturellement haute de par la qualité des administrés.

Le projet de couverture de la RN 13 avenue Charles de Gaulle consitue un enjeu énorme pour Neuilly mais surtout pour la Région : qui va s’en préoccuper dans la prochaine assemblée régionale ?

Il est bien entendu très difficile de gérer les « scrutins de liste » . La composition est une jolie foire d’empoigne ! Il y a toutefois des bévues à ne pas commettre au risque de prendre avec entrain le chemin … des oubliettes.

Afin de progresser et de préparer l’avenir, nous sommes nombreux à réfléchir à un fonctionnement plus démocratique de notre famille politique.  Après les régionales de mars se posera vite la question des cantonales de 2011 où 22 cantons sur 45 seront à renouveler dans notre département.

A nous de proposer un mode de désignation des candidats qui motive les adhésions et la reconquête.

Aux secrétaires de circonscriptions et aux élus d’être créatifs et ouverts.

Le conseiller général, qui représente un canton, est ancré dans le local. N’est ce pas l’élection interne rêvée pour souder nos adhérents par un vote qui désignera les 22 candidats ?

Si nous voulons atteindre l’objectif de 500 000 adhérents pour soutenir au mieux Nicolas Sarkozy en 2012, quoi de plus motivant que d’accorder le droit de vote à tous les adhérents ?

Comment voyez vous les choses ?  Des primaires ouvertes à nos alliés vous semblent-elles une bonne idée ?

Tags: , , , , , , ,

12/02/2010 News 6 Commentaires